NOT ENOUGH

 

« Pour moi comme pour nombre de gens, la première pensée du jour, au réveil, est « Je n’ai pas assez dormi. » La suivante est « Je n’aurai pas le temps. » Vraie ou fausse, l’idée de pas assez traverse  automatiquement l’esprit, avant même qu’on l’examine ou qu’on la questionne. On passe la plus grande partie de son temps à entendre, expliquer, se plaindre ou s’inquiéter de ce qu’on n’a pas assez de … Avant même de se redresser et de poser le pied par terre, on est déjà insuffisant, déjà en retard, déjà perdant, déjà en manque de quelque chose. Et à l’heure du coucher, l’esprit égrène la litanie de ce qu’on n’a pas obtenu ou fait ce jour-là. On s’endort avec le poids de ces pensées, et on se réveille en songeant à la rareté… Cet état interne de rareté est au cœur même des jalousies, de la cupidité, des préjugés, et des conflits avec la vie… »

Lynne Twist – L’Âme de l’argent

Ce paragraphe, je ne l’ai pas trouvé directement dans le livre de Lynne Twist mais dans celui de Brené Brown – Le pouvoir de la Vulnérabilité.

Je ne suis pas fan de tous ces livres qui prônent le pouvoir de « … »  et vous remplissez avec tout ce qui est à la mode en ce moment : la méditation, le yoga,  la lenteur, le chocolat ( 🙂 ), l’altruisme, la compassion, la créativité, l’écologie … Pour moi il s’agit d’une formule marketing, qui je pense, a été reprise suite au succès du célèbre « Le pouvoir du moment présent » d’Ekhart Tolle. J’ai lu quelques livres de développement personnel, il faut dire que c’est très à la mode ces derniers temps, j’en ai quelques-uns encore à lire dans ma bibliothèque, mais je dois dire que je m’en lasse de plus en plus.

En fait j’en ai marre de toutes ces injonctions à être Heureux.

J’aime beaucoup, Brené Brown, j’ai regardé toutes ses conférences sur TEDx et à chaque fois ses propos me touchent en plein cœur. Elle est chercheuse-enseignante à l’université de Houston et étudie entre autres la vulnérabilité, la honte, la valeur et le courage. A chaque page de son livre, à chacune de ses vidéos, I’m like « WOW ».

Est- ce que vous aussi vous vous dites toute la journée que vous n’avez pas assez de temps pour ci ou ça ? Est-ce que vous aussi vous vous dites que les journées devraient durer 48h (voir 36h), pour que vous puissiez faire tout ce que vous voulez / devez / pouvez / aimeriez … faire ? Est-ce que vous aussi vous avez des to-do lists à rallonge ? Est-ce que vous aussi vous vous dites que vous n’avez pas assez fait de ci ou de ça ? Est-ce que vous aussi vous vous dites que vous n’avez pas fait assez aujourd’hui ? Que vous auriez dû faire plus ? Que ça craint, ou plutôt que vous craignez ? …

Si vous avez répondu OUI

Merci de fond du cœur

Je me sens beaucoup moins seule maintenant

Et bien sûr je compatis avec tout l’amour et la bienveillance dont je dois faire preuve puisque j’étudie et enseigne le Yoga et la sophrologie, ça serait un comble de ne pas être assez empathique avec vous, une prof de yoga ça DOIT être sympa et compatissant après tout. (C’est du second degré hein)

Alors on fait quoi maintenant avec ça ?

Franchement, je ne sais pas.

On pourrait se pencher sur la question du « pourquoi » ?, mais il me paraît assez compliqué n’énumérer toutes les raisons pour lesquelles nous pensons de cette manière.

Ça vient bien sûr de notre éducation, si par exemple vous ne rameniez jamais d’assez bonnes notes à l’école  (en fait vous avez bossé mais vous avez eu une mauvaise note, et vos parents voient le résultat, pas le travail fourni, dommage pour vous) ou si on vous a toujours dit que vous auriez pu faire mieux.

Ça vient aussi de notre culture, l’idée qu’il faille être tout le temps PLUS : efficace, beau, grand, maigre, en bonne santé, conscient, heureux, intelligent, friqué, dans la norme… Tout ça pour SE COMPARER aux autres et se dire qu’on VAUT moins qu’eux si on ne rentre pas dans ces cases. Tout ça pour être parfait.

Une part vient bien sûr de notre personnalité, nous avons chacun notre histoire, nos petits et grands traumatismes,  … et bien d’autres facteurs entrent probablement en compte… Le but ici n’étant pas d’en faire une liste exhaustive.

On pourrait se pencher sur la question du « Comment je me sors de tout ça » ?, mais ici il y a un piège. Dans lequel je suis tombée, et je tombe encore régulièrement. Celui de se dire que c’est par des pratiques comme le yoga, la méditation ou la sophrologie que je vais pouvoir m’en sortir. Et ce n’est pas faux, MAIS ce n’est pas complètement vrai non plus.

Que ce soit en Yoga, en méditation ou en sophrologie, il n‘y a pas de secret il faut pratiquer, vivre des expériences, c’est par la répétition que la transformation peut advenir. Les connexions neuronales ont besoin d’être entraînées à se faire dans un sens pour mettre en place et renforcer de nouvelles habitudes bénéfiques pour soi-même. C’est possible grâce à la neuroplasticité de notre cerveau,  c’est scientifique.

Moi, c’est le « il faut » qui m’embête.  Parce que dans le verbe « falloir » il y a cette notion d’injonction. Cette idée que si je ne fais pas comme on me demande de faire, ou comme « on » dit qu’il faut faire (mais qui est ce « on »?) alors ce n’est pas assez bien. Et si ce n’est pas assez bien, alors JE ne suis pas assez bien.

Donc en pratiquant ces voies de libération, on peut finalement se retrouver prisonnier de nouvelles injonctions.

Et si j’en parle c’est que je connais un peu le sujet.

Alors on doit faire quoi pour sortir du tunnel ?

Pour moi la bougie dans mon tunnel ça a été cette phrase de Brené Brown :

« Wholehearted living is about engaging in our lives from a place of worthiness. It means cultivating the courage, compassion, and connection to wake up in the morning and think, No matter what gets done and how much is left undone, I am enough.  It’s going to bed at night thinking, Yes, I am imperfect and vulnerable and sometimes afraid, but that doesn’t change the truth that I am also brave and worthy of love and belonging. »

« Vivre de tout son cœur signifie s’engager dans la vie avec le sentiment de sa propre valeur. Cela veut dire cultiver le courage et la compassion de s’éveiller le matin, en pensant : Peu importe ce que je fais ou ne fais pas aujourd’hui, je suis et je fais assez, je suffis à la tâche.  C’est aller au lit le soir en se disant :  Oui, je suis imparfaite, vulnérable et parfois j’ai peur, mais cela ne change rien au fait que je sois courageuse, digne d’amour et d’appartenir. »

 

Je me les répète chacun matin et chaque soir, je prends conscience que peu importe ce qui se passe dans ma journée, cela ne détermine en rien qui je suis si j’ai conscience de ma véritable valeur. 

Vous qui avez lu jusqu’au bout, j’aimerai que vous preniez conscience que ça marche pour vous aussi. Le simple fait que vous existiez suffit. Le simple fait que vous existiez fait de vous un Être digne d’être aimé. Vous n’avez pas besoin de faire ou d’être plus. 

NOUS SOMMES ASSEZ

Cette entrée a été publiée dans Yoga. Sauvegarder le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *